Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
32 € Format papier
24 € Format ePub
24 € Format PDF
Télécharger

 Brève histoire de l'investment banking du xixe siècle à l'âge des banques de financement et d'investissement


Patrick SOULARD * Banquier ; enseignant, Master banque d'investissement et de marché, Université Paris-Dauphine.Contact : patrick.soulard75@gmail.com.

Cet article vise à mettre dans une perspective historique l'évolution de l'investment banking, la dénomination devenue universelle pour les activités de banques d'affaires et même, souvent plus largement encore, de wholesale banking, depuis la création des grandes banques et des banques d'affaires dans la deuxième moitié du xixe siècle jusqu'à ce que, après la crise de 2008, le modèle de banque de financement et d'investissement ne s'impose comme le business model de référence, de part et d'autre de l'Atlantique, au détriment du modèle de pure investment bank ou broker-dealer. Historiquement, la distinction entre les activités des banques commerciales de dépôts et celles des banques d'affaires reposait sur le fait que les unes assuraient le financement du court terme, alors que les autres se focalisaient sur les financements à long terme des États et des entreprises, au travers d'émissions d'actions et d'obligations en jouant un rôle d'intermédiaire sur les marchés, l'essence même, a vrai dire, du métier d'investment banker.

Les métiers de banque d'affaires ont profondément évolué dans le temps. C'est depuis l'origine l'une de leurs caractéristiques que de s'adapter à un monde et des économies perpétuellement en mouvement et ponctuées par des crises. Les organisations et les activités y changent en permanence, à la différence de la banque retail, en fonction des opportunités de marché. À un point tel que l'une des meilleures définitions données à l'investment banking a été de dire tout simplement : « It's what investment bankers do. »L'investment banking est devenu la dénomination universelle des activités de banque d'affaires et même souvent, plus largement encore, du wholesale banking, la banque de gros et pour les grands clients (par opposition au retail banking), consacrant l'hégémonie du « parler » et du mode d'organisation américain. Mais l'ironie de…