Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
32 € Format papier
24 € Format ePub
24 € Format PDF
Télécharger

 La concentration du secteur bancaire européen : un problème dont la mesure reste à prendre


Jézabel COUPPEY-SOUBEYRAN * Économiste, maîtresse de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.Contact : couppey@univ-paris1.fr.
Théo NICOLAS ** Économiste et chercheur, Direction d'étude et d'analyse des risques (DEAR), Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Contact : theo.nicolas@banque-france.fr.

La concentration du secteur bancaire européen pourrait à nouveau augmenter avec la crise sanitaire. Son impact sur la solidité du secteur et la disponibilité des financements est souvent discuté, sa mesure beaucoup moins. Or nous attirons l'attention dans cet article sur un aspect problématique des mesures de concentration ou de pouvoir de marché. Celles-ci sont généralement réalisées à partir de données non consolidées, ce qui revient à ignorer le pouvoir de marché national des groupes. Il en résulte une sous-estimation que nous proposons de corriger. Notre correction, réalisée à partir des données SURFI de la Banque de France, rehausse d'environ 30 points de pourcentage la part de l'actif des cinq plus grandes banques résidentes dans l'actif total du secteur bancaire français. Cette sous-estimation n'est pas neutre du point de vue des politiques prudentielles : la concentration ne constitue pas le même problème à l'évidence selon qu'on l'évalue à 50 % ou à 80 %.

Depuis la crise sanitaire s'amorce un nouveau mouvement de concentration dans le secteur bancaire européen, avec plusieurs annonces d'opérations de fusions domestiques, sur fond de dégradations persistantes des valeurs boursières du secteur. Plusieurs opérations ont été annoncées, notamment en Italie (BPM et BPER, Monte dei Paschi et UniCredit) et en Espagne (BBVA et Sabadell) (Garabedian, 2020).Peut-être parce qu'il s'agit pour le moment uniquement d'opérations domestiques perçues comme propices aux réductions de coûts dans un contexte de faible rentabilité, les autorités prudentielles et la Banque centrale européenne (BCE) ne semblent pas s'inquiéter de ce mouvement et entendent même plutôt l'accompagner. Voulant croire en l'efficacité de l'Union bancaire qui organisera, si elle fonctionne, les résolutions des difficultés éventuelles à…