Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
32 € Format papier
24 € Format ePub
24 € Format PDF
Télécharger

 Le shadow banking : forme structurelle du capitalisme bancaire financiarisé


Yamina TADJEDDINE * Professeure en sciences économiques, BETA (Bureau d'économie théorique et appliquée), Université de Lorraine, CNRS, INRAE, AgroParisTech. Contact : yamina.fourneyron@univ-lorraine.fr. L'auteure remercie Jézabel Couppey-Soubeyran et Vivien Levy-Garboua pour leur relecture fine et leurs commentaires.

La crise de 2008 avait stigmatisé le système bancaire parallèle ou banque de l'ombre comme un travers du système bancaire traditionnel, résultat de comportements opportunistes cherchant à profiter des trous de la réglementation. Certains avaient réclamé sa disparition. Loin d'avoir disparu, le shadow banking a poursuivi son essor. Il ne peut plus être abordé comme un phénomène marginal, mais doit désormais être analysé comme une « forme structurelle » du système financier et bancaire contemporain : il façonne le rôle et les fonctions des acteurs majeurs du système économique (État, banque centrale), en assure la viabilité, mais aussi est au cœur de sa fragilité. Cet article souligne le rôle essentiel du shadow banking dans la transformation de la hiérarchie de la liquidité monétaire (1ère partie) et dans le maintien des activités bancaires et financières malgré un contexte économique dégradé (2e partie).

La crise de 2008 avait stigmatisé le système bancaire parallèle ou banque de l'ombre comme un travers du système bancaire traditionnel, résultat de comportements déviants cherchant à profiter des trous de la réglementation (Goodhart et Lastra, 2010). Certains avaient réclamé sa disparition. Loin d'avoir disparu, le shadow banking a poursuivi son essor et ne peut plus être abordé comme un phénomène marginal. La requalification par le Conseil de stabilité financière (Financial Stability Board, FSB) du shadow banking en non-bank financial intermediation (NBFI) participe de cette normalisation. La qualification de shadow renvoie à la rhétorique associée au noir, à l'opaque, qui s'oppose à la lumière, à la transparence et au respect des règles. On retrouve cette rhétorique dans les associations de marché noir, de travail au noir, de dark pool…