Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
32 € Format papier
24 € Format ePub
24 € Format PDF
Télécharger

 Dynamique de l'endettement privé en Chine : risques et enjeux


Camille MACAIRE * Économiste, Banque de France. Contact : Camille.Macaire@banque-france.fr.

Depuis 2008, la Chine a connu une phase sans précédent d'expansion de l'endettement privé. Face aux risques induits, les autorités ont mis en place des réformes visant à assainir le secteur financier. Cette orientation a été maintenue malgré le ralentissement économique et a commencé à porter ses fruits, avec une stabilisation des niveaux de dette depuis 2017. Mais la crise de la Covid-19 constitue un défi sans précédent. Les autorités ont mis en place des mesures de soutien limitées, afin d'éviter de replonger dans une spirale d'endettement. Mais la hausse des niveaux d'endettement et le choc sur la croissance économique font porter de nouveaux risques au secteur financier, en particulier aux banques. Le régulateur devrait rester attentif à éviter toute crise bancaire, mais la question de la gestion des prêts non performants va rester prégnante. La résilience de l'économie chinoise à travers la crise et le rebond de croissance allègent les risques, mais les fragilités structurelles du système financier vont rester un enjeu crucial pour la Chine.

État des lieux : une décennie de haussetrès rapide des niveauxd'endettement en ChineAu début de l'ère des réformes économiques en 1978, le système financier chinois était très limité en taille et structuré autour d'une seule banque (la Banque Populaire de Chine ou People's Bank of China, PBoC). Par la suite, l'ouverture du secteur aux institutions privées a soutenu une rapide expansion de l'activité bancaire, avec l'émergence de banques nationales, et d'un vaste réseau de coopératives locales et d'institutions financières non bancaires proposant des solutions de financement (Liu, 2020). Ce nouvel environnement a entraîné une très forte progression de l'endettement dans le pays. La dette des agents privés est ainsi passée de 65 % du PIB à 116 % du PIB entre 1985 et 2002. La très forte hausse des prêts non performants liée à la crise…